Accueil

 

Nouvelles

 

Liens

 

 

100% RUSTIQUES

Découverte
Présentation
Climat en Eure&Loir
Cactus de serre froide
Les Yucca rustiques
Sedum rustiques
Palmiers rustiques
Agave rustiques
D'ici et d'Ailleurs
Dave Sierer
Rocaille au Wisconsin
Cactus dans la neige
Jean Planquais
Fiches de culture
Cactus de serre froide
Album Photos
Photos Passion

Climats de France

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Terres Amies

Tropicaland

Roscoff
Jardin exotique de Roscoff

Lostanges

Contact

Contact : PFO

E-mail : webmaster­@­cactus-et-rustiques­.­com

Ce site est optimisé pour un affichage en 1024x768

Merci de votre visite

  visiteurs

  visiteurs en ligne

Présentation

opuntia.gif


Bien plus nombreuses qu’on le croit sont les plantes succulentes vivant dans des régions tempérées aux hivers rigoureux, où elles supportent des records de froid bien connus depuis plus d’un siècle par les relevés et études de la météorologie.


Ainsi en Europe, en Asie, en Amérique du Nord et du Sud (surtout) et de manière plus limitée en Afrique, des espèces ou genres entiers prospèrent malgré les frimas et la neige et s’adaptent parfois très facilement à notre climat en France.


En voici une sélection et non une liste complète.


EUROPE : la famille Crassulaceae : Sempervivum et Sedum


Le genre Sempervivum/Jovibarba , bien représenté dans les rocailles alpines est le meilleur genre de succulentes parfaitement rustiques de notre continent.Toutes les espèces peuvent être cultivées en rocaille bien drainée, sans que pluie, neige ou gelées ne les abîment.Il existe bien plus de magnifiques hybrides que d'espèces sauvages. Ce sont d’excellents couvre sols très florifères.


Très recommandé, et pas seulement aux débutants : le genreSedum, souvent seul représentant des plantes succulentes autochtones dans de nombreuses régions de France avec notamment S.acre (Norvège, Laponie, Oural et presque tout le reste de l’Europe ! ), S.album, S.anglicum, S.brevifolium, S.dasyphyllum, S.reflexum, S.telephium.Le genre proche Rosularia ne compte que deux espèces européennes : R.hirsuta et R.serrata.


Le sous genre Rhodiola ne comporte que des rustiques à caudex pérenne et tiges annuelles, mais un seul : Rhodiola rosea, vit dans les régions à climat arctique, sub-arctique ou de haute montagne. A noter, qu’il est le record de latitude de toutes les plantes succulentes. Il pousse au Nord du Cercle Polaire Arctique, à la fois au Canada, Alaska, Sibérie et Europe arctique !


Marginalement l’Europe ne compte que quelques rares familles de succulentes autres que Crassulacées, souvent en régions méditerranéennes, comme Caralluma europea , C.mumbyana famille des Asclépiadacées, Euphorbia dendroides famille des Euphorbiacées, Portulaca oleracea famille des Portulacacées , Bryona famille des Cucurbitacées.


Plus nombreuses sont les succulentes naturalisées devenues partie intégrante de notre flore européenne comme: Aeonium, Agave, Aloe, Carpobrutus, Opuntia (y compris Autrocylindropuntia et Cylindropuntia), Yucca.


Chez les Palmiers, seul Phoenix theophrasti de Crète, et Chamaerops humilis (lui beaucoup plus répandu dans les régions méditerranéennes) sont endémiques, mais un bien plus grand nombre d’espèces peuvent s’y adapter.La liste en sera fort longue : heureux amateurs de palmiers !


AMERIQUE DU NORD : Crassulaceae, Opuntia, Yucca, palmiers


Là où beaucoup de collectionneurs attendent avec raison le grand genre Opuntia , encore une fois dominent les vrais seigneurs succulents de l’Arctique que sont les Crassulaceae rustiques : Rhodiola et Sedum !


Rhodiola rosea et R.integrifolia atteignent l’Arctique ou l’Alaska, R.rhodantha des Montagnes Rocheuses peut vivre sous la neige 4 à 8 mois par an !


Nous retrouvons Sedum acre au Groenland et S.lanceolatum jusqu’au Yukon, plus d’autres espèces très résistantes comme S.laxum, S.nevii, S.oregonense, S.spathulifolium, S.stenopetalum, S.telephioides. Les Crassulaceae d’Amérique du Nord comptent aussi d’excellents genres avec quelques espèces pour culture sous chassis ou serre rustiques à –6°C : Dudleya, Echeveria, Graptopetalum, Lenophyllum, Pachyphytum, Sedum du Mexique, Villadia.


Le Canada héberge aussi Lewisia columbiana, L.pygmaea , L.rediviva, L.triphylla et L.tweedii ; Sedum divergens, S.lanceolatum, S.oreganum, S.spathulifolium et S.stenopetalum (=douglassii), Talinum okanogense, Yucca glauca. Cinq cactus aussi : Escobaria vivipara, Opuntia fragilis, O.humifusa (=compressa), O.polyacantha et un hybride naturel : Opuntia fragilisXOpuntia polyacantha. Inutile de dire que ce sont parmi les meilleurs choix pour la rocaille.


Guère plus au Sud, nous allons trouver les cactus rustiques de rocaille. Opuntia, de bien loin, est en tête pour le nombre d’espèces, variétés, formes et aussi la résistance au froid et à l’humidité et l’adaptabilité en culture.


Bien des Opuntia des USA et du Centre Nord du Mexique s'adaptent en rocaille comme : O.arenaria, O.basilaris v. aurea, O.engelmannii, O.erinacea et ses spectaculaires variétés, O.fragilis(toutes variétés et formes locales), O.humifusa y compris ses variétés amnophila et austrina du sud USA, O.lindheimerii, O.litoralis v. martiniana voire v. vaseyi, l'excellent groupe O. macrorhiza/cymochila/tortispina.


Le vaste complexe phaeacantha dont les meilleures variétés rustiques résistantes à des hivers continentaux pluvieux et neigeux sont : v.camanchica, v.discata, v. major, v. phaeacantha, O.polyacantha toutes variétés, O.pusilla, O.rhodantha, O.rutila, O.Smithwick (humifusaXpolyacantha ) sans compter les nombreux hybrides cultivars et formes de toutes ces espèces !


Parmi les très nombreuses espèces d'Opuntia nord américaines valables à -15°C, en rocaille abritée ou en serre froide, je citerai : O.aciclata inerme mais aux énormes glochides et grandes fleurs rouges, O.atrispina, O.basilaris : toutes ses variétés, O.chisosensis : ultra endémique, O.chlorotica, O.littoralis, O.nichollii, O. rastrera, O.rufida, O.sanguinicula, O.strigil : si florifère même jeune, O. violacea et ses variétés.


Presque aussi bons, les meilleurs Cylindropuntia : C.davisii, C.imbricata, C.kleiniae, C.leptocaulis, C.viridiflora et whipplei , voire C.acanthocarpa et C.spinosior cultivés ici en rocaille. La plupart des Corynopuntia, Grusonia, Marenopuntia et Micropuntia (qui poussent et fleurissent mieux sur greffe), eux ne s'adaptent qu'en serre .


Peu de cactus autres qu’Opuntia résistent bien à la pluie et la neige, mais Escobaria missouriensis, et surtout des Echinocereus dont : E.reichenbachii, E.triglochidiatus, E.viridiflorus (l’admirable miniature à fleurs vertes et épines rouges) sont de ceux-là.


Les délicats Sclerocactus et Pediocactus réservés aux collectionneurs très expérimentés, préfèrent toujours la greffe et un abri contre l’humidité hivernale.


Sous abri aussi, de nombreuses espèces de cactus globuleux du Nord du Mexique et du Sud Ouest des USA dans les genres Ariocarpus, Astrophytum, Coryphanta, Echinocactus, Echinocereus, Echinofossulocactus (=Stenocactus), Escobaria, Ferocactus, Leuchtenbergia, Mammillaria avec plus de 100 espèces tolérant –4/-5°C, Thelocactus, Turbinicarpus.


Pour les Yucca, beaucoup défient les -13°C voire –20°C chez nous comme : Y.baccata,Y.elata, Y.filamentosa, Y.rostrata, Y.schottii, Y.aloifolia, Y.carnerosana(=faxoniana), Y.glauca et ses variétés, Y.gloriosa, Y.recurvifolia, Y.rigida, Y.thompsoniana, Y.torreyi, Y.treculeana. Tous de culture assez simple. Meilleurs résultats avec un bon drainage.


D’autres Agavaceae rustiques donneront à votre un jardin un air exotique : Dasylirion, leiophyllum et wheeleri, Hesperaloe parviflora, Manfreda virginica, Nolina microcarpa et texana , bon drainage exigé et protection contre l'excès d'humidité (pluie et neige) de novembre à mars inclus.


Dans le grand genre Agave, peu d’élus pour la rocaille car tous, sans exception, préfèrent passer l’hiver au sec. Dehors beaucoup seront abîmés ou tués par temps pluvieux suivi de fortes gelées, sous –7/-9°C. Serre froide donc. Ceci bien compris, quelques uns tiennent sous –10°C , par exemple : A.arizonica, A.havardiana, A.lechuguilla, A.murpheyi , A.neomexicana, A.parryi, A.parviflora, A.schottii, A.toumeyana, A.utahensis et le commun A.victoria-reginae.


Bien que vivant dans le Sud des Etats-Unis, les palmiers tels Rhapidophyllum hystrix et les Sabal louisiana, S.minor, S.palmetto, Serenoa repens valent –12/-15°C voire moins. Avec un peu de protection par grands froids, ils sont parmi les rares palmiers à pouvoir être cultivés dehors dans le Centre de la France.


Sabal bermudana des Bermudes, Brahea armata et B.edulis du Nord-Est du Mexique valent bien -8 voire -12°C mais ne s'adaptent bien qu'en régions méditerranéennes ou atlantiques littorales protégées.Washingtonia filifera (plus rustique que le mal nommé Washingtonia robusta) si commun dans nos jardineries, résiste à environ -8/-10°C seulement, mais des clones plus tolérants au froid sont en voie de sélection en Europe et aux USA


La famille Portulacaceae avec Lewisia, Grahamia et Talinum offre d’autres candidats américains à l’acclimatation en rocailles.


AMERIQUE ANDINE ET PATAGONIENNE : quelques jolis cactus pour serre froide


Les régions tempérées se limitent à un assez petit secteur de ce sous-continent.


En effet à part quelques Fuchsia magellanica souvent hybrides chez nous, très peu de cactus ou d’autres exotiques rustiques ici.


Aujourd’hui, en ce tout début de 21eme siècle, beaucoup de recherches et d’expérimentations restent encore à faire. Je n’ai trouvé que deux ou trois espèces rustiques dehors sous les intempéries hivernales. C’est fort peu, mais il ne doit pas y en avoir beaucoup. Il s’agit de : Tephrocactus(=Maihueniopsis) darwinii v.darwinii et les Maihuenia poeppigii et patagonica. Ce dernier est un peu plus résistant.


Mais c’est bien d’Amérique du Sud que nous vient le plus grand nombre de merveilleux cactus de serre froide ou de chassis. Et là, la liste est si longue que je ne citerai que les genres et pas les espèces :


Austrocactus, Austrocylindropuntia, Cleistocactus baumanii, Corryocactus, Echinopsis, Gymnocalycium, Lobivia, Neowerdermannia avec son record d’altitude à 5000m, Oreocereus, Opuntia andins, Parodia, Pterocactus, Pyrrocactus argentins seulement, Rebutia, Sulcorebutia, Tephrocactus, Trichocereus, Weingartia, Wigginsia. Et il ne s’agit que des genres comportant surtout ou exclusivement des rustiques car d’autres genres possèdent aussi des rustiques mais en minorité comme : Cereus (aethiops en particulier), Copiapoa, Frailea, Matucana, Neoporteria, Notocactus, Rhipsalis, Haageocereus, Monvillea, Pereskia/Rhodocactus(rusticité limitée à -3/-5°C).


Pour les palmiers les Butia capitata, B.eriospatha, B.paraguayensis, B.yatay, le Jubaea chilensis et Trithrinax campestris sont un défi dans la zone des –10°C voire–12/15°C.


AFRIQUE : quelques Mesembryanthemaceae, Crassulaceae et Liliaceae pour la serre froide


De ce continent si majoritairement équatorial et tropical il sortira peu de succulentes et d’exotiques rustiques.Pour la rocaille quasiment rien si ce n’est Crassula sarcocaulis, Delosperma cooperi et D.nubigenum, Sedum multiceps ; tous plus ou moins abimés lors d’hivers rigoureux ou bien doux et très pluvieux.


Pour la serre ou chassis froid il y a bien quelques Aeonium et Greenovia des Canaries, des Caralluma et Euphorbia et un Sempervivum du Maroc tolérant quelques gelées, mais c’est en Afrique du Sud que l’on trouvera des rustiques sous abri.


Crassulaceae : à part le genre Adromischus où tout ou presque est rustique. On ne compte que quelques rares Cotyledon, Crassula, Kalanchoe.


Mesembryanthemaceae : seuls quelques rares Delosperma comme D.nubigena, D.cooperi, défient nos hivers en rocaille. Mais beaucoup de genres comportent des plantes de serre froide comme : Aloinopsis, Delosperma, Lithops, Mestoklema, Nananthus, Rabiea, Ruschia, Stomatium, Titanopsis, Trichodiadema. Des recherches et expériences doivent encore être menées ou confirmées dans cette grande famille.


Euphorbiaceae : Il existe des espèces suffisamment rustiques pour la serre froide au moins à –4/-6°C. Parmi les meilleures : E.resinifera en tête, puis E.beaumeriana, E.echinus, E.enopla, E.horrida, E. pulvinata et E.stellaespina.


Apocynaceae : une seule espèce : Pachypodium succulentum de culture très simple.


Asclepiadaceae : Caralluma hesperidum plus un Stapelia hélas sp chez moi tiennent à –6°C. Des Caralluma , Duvalia , Huernia , Stapelia restent à confirmer.


Compositae : deux Senecio : S.articulatus et S.stapeliaeformis.


Cucurbitaceae : avec Kedrostis africana, caudex pérenne aux formes si irrégulières et longues tiges annuelles, je cultive l’une des plantes succulentes les plus florifères et fructifères ! Parfait jusqu’à -7/-9°C éviter plus bas, se ressème naturellement.Devrait être dans toutes les collections, facile même pour les débutants.


Liliaceae : Nombreux Haworthia, petites plantes pour la mi-ombre, s’adaptent bien aussi. Des Gasteria également.Les Aloe aristata, A.brevifolia, A.broomii, A.saponaria (=maculata ) préfèrent le plein soleil, mais en réalité il y aura une bonne vingtaine d’espèces résistantes, résultats prometteurs à confirmer.


ASIE : des Crassulaceae dans le Nord et Centre, des palmiers au Sud-Ouest


Nous retrouvons les Sedum de l’Anatolie à l’extrême Orient Sibérien en passant par l’Iran, l’Asie centrale, la Chine et le Japon.


On y trouve aussi bien des espèces érigées cultivables en rocaille comme S.spectabile (40cm de haut) ou S.pluricaule, naine de Sakhaline une de mes espèces préférées, ou encore S.kamtschaticum une des rares espèces communes en jardineries. Parmi les curiosités, je citerai seulement S.populifolium, bonsai ligneux du lac Baikal S.sarmentosum, couvre sol très florifère, S.selskianum à tiges velues et S.viviparum qui se reproduit comme les Kalanchoe africains .Vraiment une grande diversité dans ce grand genre, en Asie et ailleurs.


Le sous-genre Rhodiola à caudex pérennes et tiges annuelles est principalement asiatique avec entre autres R.crassipes, R. fastigiatum, R.kirilowii et encore S.rosea.


Le genre Rosularia, petites plantes à rosettes acaules, alpines pour rocailles, très peu répandues en culture.


Le petit genre Sinocrassula avec ses 2 espèces S.densirosulata et S.yunnanense à cultiver comme Orostachys.


Equivalent aux Sempervivum Européens, les Orostachys, aux rosettes plus délicates, s’avèrent des miniatures de collection adaptables aux rocailles pour ceux qui aiment les défis. Conserver un pied en serre froide par sécurité car ils sont plus fragiles que nos Sempervivum.Ces pots là doivent être arrosés un peu une fois par mois de novembre à mars et surtout sortis d’avril à octobre. Les Orostachys détestent particulièrement la serre ou ils grilleraient à la belle saison !


L’Asie possède le plus grand genre de palmiers rustiques avec Trachycarpus, L’espèce fortunei à juste raison la plus populaire , mais aussi T.latisectus, T.nanus T.takil et T.wagnerianus plus rares mais aussi résistants.


OCEANIE : des Eucalyptus rustiques


S’il n’y a pas, ou devrait-on dire pas encore, de plantes succulentes rustiques océaniennes, l’Australie, surtout au sud-est et sur l’île de Tasmanie, héberge quelques espèces d’Eucalyptus capables d’offrir une allure tropicale à votre jardin. Parmi elles : E.cordata, E.gunnii, E.niphophila, E.perriniana.



Date de création : 11/09/2005 @ 14:52
Dernière modification : 11/09/2005 @ 14:59
Catégorie : Découverte
Page lue 23115 fois

Imprimer la pageImprimer la page

Album

Opuntia clavarioides
Voir
Photo P.Femenia

L'Air du Temps

Europe

Jour après Jour

19/11/2017

L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30

Haut

www.cactus-et-rustiques.com ©  2003-2008
Site créé avec GuppY  © 2002-2008 - Licence Libre CeCILL

Page chargée en 0.08 seconde